Le marché français des éditeurs de jeux avec figurines (est-il condamné ?)

Je viens de regarder la vidéo du Culte du D., et je la trouve plutôt soft : c’est factuel, posé, et à la fin, il pense même pledger en faisant confiance à l’équipe (et même à Léonidas).
Et malgré ses mises en garde, j’ai pledgé et je maintiens mon pledge :slight_smile:

Cependant, cette vidéo fait naître quelques interrogations sur le marché français des éditeurs jeux avec figurines. Je ne suis pas expert du sujet néanmoins, sur ces quelques exemples :

  • Rackham qui se plante pour s’être trop dispersé et avoir fait de mauvais choix (passer de figurines magnifique en métal à des trucs moches en plastique pré-peint, ils ont flingué leur marché)
  • Happy Game Factory, qui part en vrille en multipliant les KS et qui explose en vol, alors que leur jeu de base, Eden, était, visiblement, excellent (bon, je n’ai jamais accroché à l’univers ni aux figurines, mais semble-t-il le système de jeu était top)
  • Hell Dorado, qui promettait bien des choses et qui s’est arrêté il y a plus de 10 ans
  • Les concepteurs de Rackham qui quittent la France pour les US chez CNOM et aller créer un des jeux les plus connus aujourd’hui (Zombicide et ses déclinaisons…)
  • Je ne sais pas où en est Monolith, mais j’ai l’impression que Conan bien qu’ayant été un succès commercial n’est pas vraiment joué et aussi qu’ils se sont vautré avec leur idée de système de jeu générique pour jouer l’ensemble de leurs gammes
  • Alkemy vit toujours, mais à quel prix (j’ai l’impression que le projet est porté par des gens qui bossent à côté)
  • Et maintenant MG qui semble prendre le même chemin que HGF en multipliant les KS

Je me demande pourquoi est-il si difficile en France de développer une boîte de jeu avec figurine et la rendre pérenne. J’ai l’impression que ce qui tue les boîtes, c’est la dispersion dans plusieurs jeux, plusieurs univers et aussi le manque de transparence sur l’état réel des projets. A chaque KS, c’est le drame.
Par comparaison, les 2 poids lourds du marchés que sont GW et CMON : le premier est bien installé, ne fait jamais de KS et vit très (très) bien, le second a développé le concept du KS jusqu’au bout (après le succès des premiers Zombicide, leur est-il encore besoin de faire appel à KS ? ne peuvent-ils pas financer la création de nouveaux jeux par eux-même ?). Et je pense que c’est ce second modèle qu’essaient de suivre les éditeurs.

En France, on a de bons auteurs (rappelez vous, Mathieu Gaborit qui écrit des romans dans l’univers de Rackham tout de même :)), de très bons sculpteurs et peintres, de bons concepteurs de jeu (cf. Zombicide, Eden…)… mais que ce qui manque, c’est de bons gestionnaires : j’ai lu dernièrement sur FB que Fabrice Tran avait repris la licence d’un jeu (j’ai oublié lequel), et un des commentaires était « j’espère qu’il sera meilleur gestionnaire ».
Et que pouvons-nous faire, nous en tant que communauté, par rapport à ça ? (parce que bon, des gens compétents dans la gestion d’entreprise dans la communauté, je suis sûr qu’il y en a plein !)

Après, je suis peut être biaisé et j’ai loupé un super éditeur qui assure grave :wink:

PS : si mon post est déplacé, je peux le virer, ou ouvrir un autre sujet, of course.

5 J'aimes

Je vais juste faire quelques commentaires :slight_smile:

Projet Rackham aurait dû être annulé dès qu’ils ont vu qu’ils dépassaient pas les 400.000, - faut 1 million pour un projet de leur taille de figs… - de plus ils vendent des figs dont ils n’ont plus les moules… Donc ils allaient scanner des figs pour les réimprimer sur base des scans… Malhonnête/Amateur

Le livre de la peinture de figurine de Mohand a tout mis en déroute. Dommage mais un amateurisme/naïveté dans cette gestion, cette communication etc… L’histoire la plus triste selon moi.

Le jeu a fait son temps tout une gamme est sortie mais le problème des jeux d’escarmouches de l’époque c’est qu’il y en avait pas mal, tout plein de système de règles et la communauté francophone de joueurs bien dispersées entre tous les jeux existants. les figs et l’univers étaient plus adulte, les boutiques devaient commander de manière suffisamment important pour en avoir etc…

Ce qui sauve et fait exploser l’escarmouche aujourd’hui ? internet (tous les systèmes dispos, les figurines produite par des passionés et donc le proxy à gogo et l’impression 3D…) tout ça avant n’existait pas, on n’avait qu’ l’historique ou le med-fan des éditeurs dans des cavenas « fermés ».

en fait Guillotine games avec les français a créé zombicide un et a été racheté par CMON pour faire ensuite toute la série qu’on connait. CMON n’est pas au meilleur de sa forme financière (enfin sans doute mieux maintenant qu’il y a 2 ans mais ils ont eu quelques ratés et on dégagé du monde l’an passé dans leur studio) donc CMON a débà bu la soupe et ils doivent faire attention de pas se louper à nouveau ou voire trop grand au risque de se prendre un bouillon et les backers aussi…

Beyond The Monolith a fait beaucoup de mal à la trésorie personnelle de Fred Henry (Gérant Monolith) et a recentrer leur business et leur nécessité de gestion prudente. Les aventures de conan leur a remis le pied à l’étrier mais la leçon a été dure mais sans doute salutaire. Perso c’est l’éditeur francophone KS sur lequel j’ai le plus confiance (et aussi éditeur la boite de jeux)

Oui petite structure mais projet tenu et suivi. Respect pour ces passionnés.

Tout dépend du résultat Solomon Kane auprès de backers lors de réception… et de comment ils s’en sortent avec Pascal pour KS 1,5 joan of arc. Soit ils en sortiront comme des phénix, soit ce sera l’apocalypse pour l’éditeur… MG, c’est une question de profession de foi en quelque sorte…il faut espérer que les augures et les présages restent bons…

Mais sur le fond je suis d’accord avec toi, à la base tous des passionnés et/ou des créatifs mais il faut savoir s’entourer de gestionnaire ou le devenir.

C’est comme tous ces gens qui ouvrent des boutiques (toujours des passionnés ou joueurs au départ qui veulent vivre de leur passion mais au final certains réussissent et d’autres ferment comme toutes les personnes qui se lancent comme indépendant car au final ça reste un métier de gérer une boutique avant d’être l’exercice d’une passion. Si on a les 2 c’est le top mais c’est rare…)

4 J'aimes

Merci pour tes commentaires et précisions, j’y vois un peu plus clair.

Pour Rackham, je parlais bien de la boîte initiale, la création de Confrontation à la fin des années 90, les choix de plastiques au début des années 2000, la tentative de diversification avec Dust (il me semble)… ah, et aussi l’attente trop longue pour Ragnaroc, qui aurait dû être leur jeu à grande échelle. Pas de la tentative ratée de relancer Confrontation il y a 1 ou 2 ans (là, clairement, le projet était foireux).

1 J'aime

Ha ok, oui je parlais du retour sur KS pas de confrontation initial chez rackham. :wink:

1 J'aime

Discussion super intéressante, je pense que ça mérite un sujet dédié. @Nhawkfen ça ne te dérange pas si j’extrais ton post en nouveau sujet ?

Il y a beaucoup à dire !

1 J'aime

Tu peux l’extraire dans un sujet dédié, j’avais d’ailleurs hésité à créer un nouveau sujet plutôt qu’écrire ici :wink:

1 J'aime

Voilà qui est fait !

1 J'aime

Je trouve ce sujet très intéressant et aussi lié à un autre sujet qu’avait abordé Dice, il y a longtemps, sur la limite du modèle économique des KS et leur nombre ahurissant, ainsi que les kilos plastique qui en découlaient.

Pour moi, le gros problème des éditeurs fr est le côté français justement.

Un jeu us/eng porté par une boîte anglo-saxonne a un plus grand publique de base, le seul marché fr est insuffisant pour pérenniser ne serait-ce que quelques emplois et une structure complète. Alors, il faut penser global et chercher à concurrencer les gros… Et là, c’ est parti pour la démesure…
Développement d’animations 3d, énormes plans com, etc…

Du coup, il faut des KS au milion, et plus, pour pouvoir payer tout le monde. Et quand un KS est publié sur le site, le gros du taf de création (une grosse partie, tout du moins) est déjà fait et doit être payé.

Donc, les éditeurs roulent de KS en KS pour couvrir les frais de fonctionnement et les salaires des gens. Si tu grippes le système ou qu’un KS prends pas, ça peut conduire à un cash-run et donc faillite de la société juste à cause des coûts colossaux investis en amont.

A mon avis, le marché va s’effondrer (même à l’international) et les boîtes françaises vont avoir du mal à survivre à force de vivre à crédit sur le prochain jeu.

3 J'aimes

Ce qui est un comble, puisque à l’origine, KS est là pour financer un projet !
C’est presque drôle :slight_smile:

Très bonne analyse.

2 J'aimes

Et tu réponds exactement à mon interrogation : financer la finalisation d’un projet par le KS du projet suivant n’est pas tenable. Il suffit d’un couac pour que ça sa plante.

Après, je suis sûr qu’il est possible d’éditer des choses en France et que ce soit pérenne. En revanche, ce ne se fera pas en calquant les modèles anglo-saxons. Il faut inventer d’autres modèles, pourquoi pas plus en réseau d’éditeurs : un propose le système de jeu et le lore, un autre les figurines… et avoir comme ça une galaxie d’éditeurs plutôt qu’un éditeur fasse une intégration verticale.

Je me rends compte que je n’ai pas parlé de TGCM, qui semble tenir la route :slight_smile:

Peut-être un modèle « communautaire ». Comme ça tu t’assures une base de joueurs et tu développes ton jeu avec les retours des joueurs en quasi temps réel.
Je me demande ce qu’il serait possible de faire sous cette forme :thinking:

1 J'aime

TGCM est un peu à part, parce qu’ils ont pensé petit dès le début, et je ne crois pas que ce soit leur activité principale comme pour Alchemy.

Les modèles plus petits sont plus complexes pour faire vivre une société avec des employés, mais peuvent permettre des collaborations entre plusieurs petits.

Tu peux très bien faire du jeu et focus que sur du papier et les règles et proposer un partenariat avec un petit producteur de figs résine pour lancer une gamme officielle. Il faut juste éviter de les massacrer sur les droits, l’idéal étant de ne pas les charger du tout en droits (mais la tentation est grande de se faire de l’argent sur le boulot d’autrui au titre de la PI).

N’oublions pas que Games a commencé en faisant de la VPC, et en pensant petit et autonome dès le début !

Dès que tu soustraites, tu fais travailler des gens, mais tu perds des revenus, et la fab ça coûte cher pour les petits.

Revenir à plus d’artisanat me semble plus viable mais ça veut dire aussi de plus petites quantités, des prix plus élevés… est-ce que les joueurs suivront avec les CMON à 400€ le all-in et 10kg de matos ?

1 J'aime

En fait la démesure des KS permet de mettre cela en avant facilement, mais n’oubliez pas que, même si la france est le plus gros marché jeux de société en europe, les éditeurs classiques sont également en difficulté. Il est très difficile de vivre de l’édition de jeux de société…

Un exemple avec l’éditeur Bluecoker qui a fait le jeu Welcome to perfect home. Le gars est tout seul depuis des années et des années est vit en ayant un boulot à coté et un jour il sort ce jeu ! « Jackpot » (enfin il ne faut pas non plus imaginer voiture et villa de fou…) Les rentrées d’argent sont désormais régulières et grace à ce jeu, lui permettent de se verser un salaire et de recruter 1 personne ! Sinon il serait toujours à « bricoler » en mode galère…

Mais combien d’éditeurs n’arrivent pas à avoir ce jeu « vache à lait » et mettent la clé sous la porte ou sont obligés d’avoir 1 boulot à côté. Je crois que c’est la majorité des éditeurs, à par les gros. Et encore même les gros on imagine qu’ils roulent sur l’or mais je ne pense pas…

Alors si en plus on y ajoute de la figurine avec des couts colossaux (sculpture, moule, main d’oeuvre, transport, etc…) l’équilibre financier est encore plus difficile. La seule solution est de travailler en circuit court avec le moins d’intermédiaire possible entre l’éditeur et le consomateur. La solution du KS.

Ces éditeurs sont dans une spirale où il va être difficile de sortir… pour moi leur avenir, s’ils ne peuvent pas aller en boutique (et généralement avec des projets de figurine aussi énorme ce n’est pas possible), c’est de monter leur propre boutique en ligne et de vendre leurs produits directement.

Deux exemples d’éditeur qui font déjà ca : Chiptheory Game et Serious Poulp.
Et à venir (même si c’est peut en stand-by) Monolith. Tous, sont très développer à l’internationnal (pour ne pas dire aux US…). C’est obligatoire car sans cela, leur activité ne serait pas viable.

2 J'aimes

A priori, je me suis trompé et TGCM est bien l’activité principale d’ Emmanuel Pontié, mais il y est auteur des jeux, sculpteur de fig, peintre et aussi pdg/administratif/commercial donc pas ou peu de sous-traitance et beaucoup d’artisanat, c’est peut-être ça la clé de son modèle.

mais ça reste léger comme CA: « Sur l’année 2018, elle réalise un chiffre d’affaires de 61 000,00 €. » compliqué de vivre et faire vivre des gens avec un CA aussi bas.

lien sur le fonctionnement artisanal de TGCM:

« Tout est fait à la Bassée artisanalement, dans la cave transformée en laboratoire. Manu Pontié a un salarié. »
« La production de TGCM est d’environ 50 figurines par jour, avec deux nouveautés par mois. Chaque fig demande 5 à 7 heures de travail. »

5 J'aimes

il y a aussi le studio Tomahawk (saga entre autre)

3 J'aimes

oui je confirme pour Emmanuel c’est son job

il était informaticien il me semble et raconte assez facilement son histoire, il est très abordable et sympa
la production des figurines en résine est faite chez eux

leur stand est magnifique si vous les croisez à l’occasion lors d’une convention ou événement
ils font des décors grandioses en particulier

2 J'aimes

Étant gérant d’une société que j’ai créé il y a un peu plus de 9 ans, je peux vous dire qu’au vu des charges en France et les coûts pour faire fonctionner une structure, avec un CA de 61 000,00€ il doit pas se faire un salaire de fou… après c’est un choix de vie et c’est quand même top de se lever le matin et de pouvoir vivre de sa passion. Mais vu la multitude de casquettes qu’il a je ne suis pas sûr que ça reste une passion avec le temps.

Pour moi Monolith tient la route, le système de Conan est top.
HGF dommage j’adorai Eden mais bon @Lyrilis a bien résumé… la communication et la gestion de la campagne Ulule… j’ai feuilleté le livre mais ce KS m’a dégouté.
Studio Tomahawk fait de bons jeux et la communauté a l’air présente.
Alkemy ils bossent tous à côté et c’est des fans à la base qui on créé une société pour reprendre les droits.

6 J'aimes

C’est super intéressant, je ne connaissais pas tout cet envers du décors…

Ma foi, pas grand chose à rajouter.

Vous vous y connaissez bien plus que tous ces youtubeurs français qui « parlent » sur internet. Cela fait plaisir de lire une analyse simple et correct.

Je ne sais pas si @Lyrilis est allée au bout de sa pensée (et , on peut le dire, elle a visé juste)… Mais à part ça, n’oublions pas que nous faisons partie d’un marché de niche. Quand je vois ce que les milieu du jeux vidéo ramène comme médias et suffrages. Ce que le milieu du jeu de société /papier carton/cube ramène. Le milieu du jdr…tout doucement… Ben le milieu du Wargame et de la fig sont bien derrière…logique.

4 J'aimes

Une news qui semble assez récente (10h ce matin) concernant Happy Games Factory

Mohamed Ait-Mehdi

Salut à tous !

Voilà la dernière des nouveautés soutenu par Happy games factory .

Après cela , EDEN survivras , appuyé par une nouvelle structure .

Nous cherchons encore la meilleure solution mais nous vous tiendrons informé des avancés sur la page facebook officiel .

Un grand merci à chacun d’entre vous pour l’énergie et la vie que vous avez donné au jeu et préparez vous pour une future relance du jeu !

https://www.facebook.com/240405336083139/posts/1770546099735714/?d=n